>
majbutne.com.ua

https://maxformer.com

перевозка грузов киев

La Renaissance d’Alberto Tenenti (1924-2002) : portrait intellectuel d’un historien franco-italien

Pour le dixième anniversaire de la mort d’Alberto Tenenti, le article plus, où enseignèrent Lucien Febvre et Fernand Braudel, deux de ses maîtres, l’Ecole des hautes Etudes en Sciences Sociales, où il accomplit l’essentiel de sa carrière, et Florida State University, où enseigne aujourd’hui un de ses anciens élèves, ont décidé de rendre hommage à un des plus grands historiens de l’économie, de la culture et de l’Etat à la Renaissance. Les participants aux journées d’étude organisées en cet anniversaire reconstitueront l’itinéraire intellectuel d’Alberto Tenenti à partir des rapports filiaux, mais exigeants, qu’il noua très tôt avec Delio Cantimori et Lucien Febvre, qui persuada ce philosophe de formation, venu à Paris au lendemain de la deuxième guerre mondiale pour étudier la philosophie de Diderot, de se tourner vers l’histoire et vers la Renaissance, cela avant que sa proximité intellectuelle et personnelle avec Fernand Braudel ne le lie étroitement aux destins croisés de la VIe section de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes et des « Annales ». Témoignage de première importance sur les échanges culturels franco-italiens dans le domaine de l’histoire au cours de la seconde moitié du XXe siècle, l’œuvre très originale d’Alberto Tenenti – centrée sur une Méditerranée qui ne se confond pas avec celle de Fernand Braudel et dont le centre de gravité est Venise – sera « revisitée » par des historiens d’aujourd’hui, en privilégiant certains domaines où il fut un pionnier et demeure un maître comme les attitudes devant la mort ou la construction sociale du sentiment du temps et de l’espace. Plus généralement, on mettra l’accent sur le lien, qu’à l’instar de Lucien Febvre, Alberto Tenenti maintint toujours entre l’étude de la civilisation matérielle, et d’abord de l’économie – il était, par exemple, un spécialiste reconnu de l’histoire de l’assurance maritime – et celle des cultures et des sensibilités renaissantes dans toutes leurs expressions, des plus humbles actes notariés vénitiens aux fresques du Campo Santo de Pise ou aux Essais de Montaigne, magnifiquement convoqués dans son maître ouvrage sur Le Sens de la mort et l’amour de la vie.