Comment on dépasse les propriétés optiques du verre

Il avait fallu des millénaires pour devenir capable, par des innovations successives sur les matériaux et sur les procédés de fabrication, de produire du verre suffisamment transparent pour être utilisé dans les vitrages et dans les instruments optiques. Mais, dans la deuxième moitié du XXème siècle, deux procédés radicalement nouveaux ont permis de dépasser les propriétés optiques de ce matériau. L’introduction des fibres optiques a révolutionné le secteur des télécommunications et provoqué les transformations que l’on connaît dans la téléphonie et la télévision et permis le développement d’Internet. Les procédés de dépôt de couches minces sur le verre ont permis de modifier à la demande ses propriétés optiques dans le visible et dans l’infrarouge, rendant possible le développement de vitrages thermiquement isolants pour le bâtiment, et de nombreuses autres applications qui ont transformé l’industrie même du verre. Les innovations qui ont conduit à ces transformations industrielles majeures se sont faites suivant des modes très différents, qui seront comparés dans ce séminaire. L’interrelation entre science et technologie dans chacun de ces deux cas sera également discutée.

Biographie

Hervé Arribart est diplômé de l’Ecole polytechnique et titulaire d’un doctorat d’état en physique. Il a commencé sa carrière comme chercheur à l’Ecole polytechnique et au Centre National de la Recherche Scientifique. Il s’est ensuite dirigé vers l’industrie, chez Elf-Aquitaine (maintenant dans le giron de Total), puis chez Saint-Gobain. Il a en particulier créé et dirigé un laboratoire mixte de recherche CNRS/Saint-Gobain, puis est devenu directeur scientifique du groupe Saint-Gobain. En parallèle, il a eu une activité d’enseignement, à l’Ecole polytechnique et à l’ESPCI. Il est membre de l’Académie des Technologies.