>
comprar viagra 100mg

штабелеры полуэлектрические

Chaires annuelles

Chaire de création artistique (2018-2019)

Traverser les frontières

Amos Gitaï, premier cinéaste invité sur la chaire de Création artistique, prononcera sa leçon inaugurale le 16 octobre 2018, à 18 heures.

Invité pour une année par l’assemblée des professeurs, Amos Gitaï est le premier cinéaste à entrer au Collège de France.

Avec cette nomination, le Collège de France reçoit l’un des plus grands cinéastes contemporains, dont l’œuvre puissante et multiple couvre plus de 40 années de carrière, avec une production dense de près de 90 films, fictions et documentaires, longs et courts métrages, mais aussi des performances théâtrales et des installations, mêlant des formes et des supports très variés.

Pour le Collège de France, il s’agit de saluer l’œuvre d’un cinéaste assumant simultanément les positions de veilleurde notre temps et de notre monde, et d’un artiste constamment en quête de réponses formelles pour prendre en charge ces sujets complexes liés notamment à l’identité, au territoire, à la langue et à la religion. 

Chaire d'Informatique et sciences numériques (2018-2019)

Algorithmes : à la recherche de l'universalité perdue

Rachid Guerraoui, professeur à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), occupera la chaire Informatique et sciences numériques (année 2018-2019), fruit d’un partenariat entre le Collège de France et Inria.

Rachid GUERRAOUI est un spécialiste mondial de l’algorithmique répartie. Formé à l’Université d’Orsay (aujourd’hui Université Paris-Saclay), il a été professeur invité au MIT et exercé au sein des prestigieux laboratoires Hewlett Packard de Paolo Alto avant de rejoindre l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), où il occupe actuellement un poste de professeur et dirige Laboratoire de calcul distribué (DCL).

L'algorithmique répartie est la discipline scientifique qui identifie les conditions nécessaires et suffisantes sur les réseaux, grands ou petits, permettant de retrouver l'universalité de la machine de Turing. Lorsque ces conditions ne sont pas satisfaites, il s'agit de définir les formes d'universalités restreintes qu'il est possible de réaliser. Sans cela, il est impossible d'appréhender ce que font les algorithmes exécutés sur une chaîne de blocs (blockchain), un cloud, un data center ou sur l'internet des objets, ni de définir ce que permettent de calculer exactement des architectures multi-processeurs. Autrement dit, il est impossible de comprendre l'informatique moderne qui est fondamentalement répartie.

Rachid GUERRAOUI donnera une série de cours sur l’algorithmique répartie autours de questions telles : l’atomicité dans un système réparti, le système distribué dynamique, le pouvoir de la mémoire partagée, l’impossibilité du consensus, la blockchain, solution ou problème, etc.

Leçon inaugurale le jeudi 25 octobre 2018 à 18h00

Chaire Mondes francophones (2018-2019)

Urgence(s) d'écrire, rêve(s) d'habiter

Yanick Lahens est née en 1953 en Haïti où elle fait une partie de ses études secondaires, avant de partir en France pour son cursus universitaire en Lettres modernes. Elle retourne en Haïti en 1977. Elle y enseigne la littérature à l’université d’État d’Haïti et participe, à l’Institut pédagogique national, à la mise en place de la réforme qui contribuera, entre autres, à introduire l’enseignement du créole dans les premières années de l’école primaire. Elle publie ses premiers articles sur la littérature et la société haïtiennes.

« La création de cette chaire par le Collège de France en partenariat avec l’AUF est d’une très grande importance parce qu’elle est le signe que dans ce haut lieu symbolique du savoir qu’est le Collège de France, se pose la question de la nécessité de s’ouvrir à d’autres espaces, d’autres savoirs. Cette démarche est essentielle pour comprendre les enjeux du monde d’aujourd’hui. Un monde dans lequel nous sommes de plus en plus exposés les uns aux autres, où les imaginaires se sont complexifiés et où nous sommes appelés à ne plus être cloisonnés dans des frontières, une identité ou une langue. Quel meilleur choix pour éclairer ces mutations que de partir d’Haïti « où le colonialisme s’est noué et s’est dénoué pour la première fois ». De sa littérature écrite en grande partie en langue française. Haïti aujourd’hui au carrefour de plusieurs souffles, de plusieurs langues pose la question centrale de « l’habiter » dans un tel monde. »

Chaire Innovation technologique Liliane Bettencourt (2018-2019)

Origines évolutives des variations génétiques

La première ébauche du génome a fourni la feuille de route des quinze dernières années de recherche en génétique humaine. L’ère du big data combinée à une réduction très substantielle du coût du séquençage ont favorisé la mise en place de plates-formes globales permettant d'interroger la variation des populations dans le monde. En quelques années, des dizaines de milliers de séquences complètes du génome ont été rendues disponibles chez l'homme et chez des hominidés éteints, ainsi que chez des milliers d'autres espèces.

Pour la génétique des populations, ces progrès ont ouvert l’opportunité auparavant inimaginable de reconstituer l'histoire généalogique et mutationnelle de l'homme ainsi que d’autres espèces et repoussé les limites de ce que nous pouvons déduire des forces évolutives et génétiques qui ont affecté chaque région du génome.

D’où vient la variabilité génétique observée dans toutes les espèces ? Quelle est la base moléculaire de l’adaptation ? Quelles sont les causes et les conséquences de la variation du taux de recombinaison chez les vertébrés ? Autant de questions qui seront abordées pendant les enseignements dispensés par le Pr Molly Przeworski au Collège de France.

Formée dans les universités de Princeton, Chicago puis Oxford, Molly Przeworski a exercé au département de génétique de l'évolution de l'Institut Max Planck à Leipzig, puis à l’Université de Brown, au département de génétique humaine de l'Université de Chicago, avant de fonder sa propre équipe à l’Université de Columbia en 2014. Elle a bénéficié d'un soutien du prestigieux Howard Hugues Medical Institute (Early Career Award program). Dès le début de sa carrière, elle a enseigné des sujets très divers, allant des mathématiques à la génétique et faisant une large part à l'évolution humaine.

Molly Przeworski utilise la quantification fine des signatures génomiques pour étudier les mécanismes génétiques fondamentaux, comme le rôle de la protéine PRMD9 dans la méiose ou la source des mutations germinales. Elle s’intéresse aussi aux processus de sélection naturelle qui ont donné lieu aux adaptations humaines.

Leçon inaugurale le mercredi 3 octobre 2018 à 18h00